Feeds:
Articles
Commentaires

En cette fin août,  profitant d’un reliquat de soleil,  nous sommes allées explorer avec grand plaisir l’arboretum et le jardin (potager et verger) du château d’Acquigny.
Ce fut une belle découverte, sans parler du très agréable accueil local.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si vous ne connaissez pas encore, nous vous recommandons vivement les lieux.
Pour en savoir plus, leur excellent site : http://chateau-acquigny.fr/

Ou les images sur Pinterest.

Nous reviendrons en automne pour nous émerveiller des couleurs romantiques qui doivent enchanter encore plus les lieux…

Albert Trubert soldat au 94 RI

Albert Trubert soldat au 94 RI

Ce 3 août 1914, comme des millions de français, notre arrière-grand père, Albert Trubert quittait sa maison de Paray-Douaville (Seine-et-Oise 78)…pour rejoindre son casernement à Bar-le-Duc.

D’autres hommes de Paray-Douaville quittèrent le village ce jour-là.

Neuf d’entre eux ne rentrèrent pas : Fernand Rodolphe BERTRAND, Henri Jules GUERIN, Pierre GUERIN, Louis Oscar HUET, Georges Cléophas LANGLOIS, Jean LE CARDIET, Jean LEMONNIER, Louis Désiré MORIZET, Lucien Emile PATTE.

Nous ne les oublions pas !

 

plusjamaisbattue
Ce que c’est tout de même qu’un bête accident domestique dans sa cuisine ! …

Un site plein de recommandations pour mieux les prévenir : www.accidents-domestiques.com

 

Encore un très bon anniversaire Chris ( et Martine) ! ….avec bon pied, bon oeil.

Provence 1969

C’est une grande nuit étoilée. L’espace bruisse des insectes de la nuit provençale. La maison est encore pleine des odeurs du pistou préparé par notre tante Anna.
Cette soupe-là, personne ne sait la faire comme cette vieille piémontaise. La maison est pleine des rires, complicités avec cousins, cousines, entre oncles et tantes.
Il est tard déjà, mais personne ne risquera d’avoir envie d’aller se coucher.

C’est l’heure, il faut faire la traversée.

"Les enfants, vous allez être sages et bien rester à la file, derrière nous", dit tonton Pierrot.
"Papa, t’es sûr qu’il n’y aura pas de bêtes dans l’herbe? " demande un peu timidement le petit Michel.
"Juste des grillons et des tortures au bord du ruisseau. Tu les aimes bien les tortues, hein ?" réplique le tonton Jean.
"Allez en route !" insistent les deux mères.

Et les deux familles, enfants et adultes, silencieusement, un peu émus et graves, remontent le chemin du hameau vers la colline.

La nuit est calme. Le ciel immense et pourtant si lointain.
C’est un grand mystère, d’imagination peut-être, mais qui semble nous attendre, nous surveiller.

"Dis, papa, tu crois qu’ils nous voient là-haut ?" demande Ghislaine, que la noirceur dans la traversée du pré doit intimider.
" Moi je pense qu’ils ont bien d’autres choses à faire à l’heure qu’il est ! " lui répond tonton Pierrot.

Lentement, précautionneusement, nous marchons les uns derrière les autres, à l’coute de ces milliers de bruits secrets de la nuit, de la nature si présente autour et en nous.

Plus fort qu’en plein jour nous ressentons la variété de la nature des sols sur lesquels nous marchons : les graviers fins du sentier, les herbes couchées dans le pré, les petites mottes de terre des bords de la vigne qui nous pénètrent dans les sandales, les gros cailloux du gué -à sec- du ruisseau, ma petite route semi goudronnée qui remonte jusqu’au hameau voisin des Cadéous… le crissement dans la cour de la Tante Anna et ce parfum de figues que l’on écrase sans les voir.

Déjà la terre qui nous enveloppait de ses ombres, de ses végétations fait place à la lumière vive de la cuisine. Là, dans le coin de cette pièce à vivre, imprégnée si fortement de tous les parfums de cuisine provençale de la Tante Anna, …rayonne comme un aimant : le poste de télévision. De ces vieux téléviseurs si imposants pour un écran si petit, en noir et blanc bien-sûr !

Un peu religieusement nous nous installons les uns et les autres. Les adultes sur les quelques chaises, sur le bout de lit qui sert de canapé, les enfants par terre. Les enfants étonnamment sages malgré l’excitation particulière.

Comme un équipage de bateau guettant le phare du port, nous sommes happés par ce écran surréel.

Nous n’oublierons jamais ce moment-là. Moment partagé, moment universel, moment d’intense présence solitaire aussi, en chacun chacune de nous ; et nous contemplons médusé, tant par le reportage que par notre imagination qui force ses réticences, nous sommes témoins des premiers pas d’un homme sur la Lune!

Le monde, notre monde, quoi qu’on en pense, ne sera jamais plus comme avant ce moment-là. Eternel.

 

 

20 juillet 1969
Hameaux des Cagnignons et des Cadéous, commune de Grimaud, Var – France.

Apollo_11

Mary l’attendait impatiemment pour tondre tout le jardin et le verger….le voici enfin arrivé chez les Jehannes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

PS : nous avons choisi de l’appeler "Léon" non pas pour un côté "paon",  mais en hommage à Léon Moreau….jardinier de mon enfance dans les Ardennes.

Après les fenêtres de cuisine, puis de salle de bain, voici enfin la dernière : la nouvelle porte-fenêtre de chambre.

Pour disposer de plus de lumière encore, nous avons fait transformer l’ancienne fenêtre en porte-fenêtre, retrouvant l’ouverture de l’ancienne porte du cellier à cidre.

Cliquez sur une image pour afficher en diaporama


C’est pas mieux comme ça ?

Encore bravo et merci aux artisans appliqués pour leur beau travail.

1erecouvToute l’équipe MédiaPlumes (Marie-Jo Blanchard, Dany Bouhours, Marie-Christine Carillo, Michel Détail, Anna Paula Liberge, Nadine Renard, Mary Robieu et Françoise Trubert) est très fière de vous présenter sa première publication : "Moissons inachevées"

L’histoire :
Huit cents ans auparavant, Bernard de Ponthieu fondait l’abbaye de Tiron… Au cours des siècles, un village s’est bâti autour prenant le nom de Thiron.
Richard Baldevin en est le maire avec fierté, lui l’ancien notaire de Nogent le Rotrou. Les soucis du quotidien, l’actualité nationale et internationale le chiffonnent mais c’est la fête ce premier week-end d’août. Il faut montrer bonne figure.
Les hommes sont aux champs, les femmes et les enfants préparent cette fête ou plutôt ces fêtes, car le curé a également sollicité ses ouailles pour célébrer le huit centième anniversaire de l’abbaye. L’évêque de Chartres est attendu. L’instituteur, de son côté, veut une belle fête des moissons.
Mais l’Histoire avec un grand H vient perturber leur histoire, leurs histoires, et précipiter les évènements …

Préface de Victor Provôt, maire de Thiron-Gardais

Prix de vente : 5,90 Euros.

Vous pourrez vous le procurer :

  •     sur le stand de l’association durant les fêtes du 900ème anniversaire de l’abbaye de Thiron-Gardais les samedi 7 et dimanche 8 juin prochains,
  •     auprès de la Médiathèque de Thiron-Gardais,
  •     auprès des auteurs

Nous vous signalerons prochainement sur ce blog d’autres points de vente.

8rédacteurs_moissons_27mai2014

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 369 autres abonnés