Feeds:
Articles
Commentaires

Couleurs plumes de paon
<< Bleu, rouge, blanc, vert, jaune, noir… et après ?
Combien de couleurs ?
Ne demandez pas à l’arc-en-ciel : c’est un prestidigitateur.
Il ne nous montre que ce que nous voulons voir.
Les enfants, qui cherchent le trésor au pied de ses rayons, le savent bien : les couleurs se dérobent dès qu’on tente de s’en emparer, elles ne sont qu’illusion…
[…/…]
Derrière les six couleurs de base viennent les second couteaux, les demi-couleurs (rose, marron, orangé, violet et le curieux gris) et un cortège infini de nuances que nous ne cessons d’inventer.
La leçon que nous tirons ici est réjouissante : une couleur n’existe que parce qu’on la regarde. Elle n’est en somme qu’une pure production de l’homme. À méditer.>>

Michel Pastoureau

in « Les couleurs expliquées en images »
Michel Pastoureau – Dominique Simonnet
éditions Seuil

 

En prélude à la prochaine session de lectures partagées à haute voix du Cercle littéraire de Combray, nous avons cueilli quelques couleurs en passant !

 

Parmi nos rencontres tourangelles de cette fin d’avril 2016, nous vous présentons, par ordre alphabétique :

 

Le Blanc à multiples facettes :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La palette des Bleus : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Parmi les tons bruns, marron :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les Gris si différents en densités et textures :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Avec soleil ou pas, le printemps s’annonce d’abord par du Jaune :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il renferme dit-on toutes les couleurs, le Noir :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous ne l’avons guère croisé seul, et pour c’est pour Éluard la couleur de la Terre, l ‘Orange :

Orange tulipeLes rosiers n’étaient pas épanouis encore en ce début de saison, mais le Rose, lui était bien présent :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Rouge, sûr de lui ne s’en laisse pas conter :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mais, indubitablement le grand vainqueur printanier reste le Vert :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Même s’ils sont plus discrets, le Violet et le Mauve commencent à surgir :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et le grand vainqueur du jour fut : l’Arc-en-Ciel au cœur des vignes de Vouvray !

Arc en ciel Chançay Colinière

 

Le 17 octobre 2015écrire nous avons eu, Mary et moi,  la grande chance et le bonheur de participer à la seconde session de l’ATELIER D’ÉCRITURE CRÉATIVE organisé par notre amie Renée Combal-Weiss de Jeudijecris (en collaboration avec le Cercle Littéraire de Combray).

Elle prépare deux nouvelles séances d’une journée d’écriture  au cœur du premier royaume de Marcel Proust, Illiers-Combray, où se trouve la Maison de la Tante Léonie.

SAMEDI 28 ou DIMANCHE 29 MAI 2016

selon votre disponibilité.

retrouvezMarcelitoRETROUVEZ LE PETIT MARCEL QUI SOMMEILLE EN VOUS :

trois propositions d’écriture, une plongée dans votre émotion, en résonance avec celle du plus grand écrivain de la mémoire affective, le partage de vos textes autour d’un déjeuner proustien …

Une expérience concrète de l’écriture « sur le motif », pour explorer les leviers à la fois universels et singuliers de cette mémoire involontaire révélée par Proust.

Mais il n’est pas nécessaire de connaître ou d’aimer Proust pour se régaler !

 

Informations pratiques :
Le coût de la journée est de 90€ (incluant l’animation de 5h d’atelier, la visite de la Maison de la Tante Léonie -Musée Marcel Proust, le déjeuner et les collations durant l’atelier).
L’atelier se déroulera de 10h à 17h.
Illiers-Combray est à 1h30 de Paris en voiture (autoroute A10 sortie Illiers-Combray)

Pour vous inscrire, envoyez-nous un mail à : contact@jeudijecris.com

Votre inscription sera effective dès réception de votre chèque de 90 euros par participant, à l’ordre de « ASACPC-Cercle Littéraire de Combray ».
et adressé à Renée Combal-Weiss / Jeudijécris / 4 Villa du Lycée – 92130 Issy-les-Moulineaux

Téléchargez le programme

 

Portrait par Joël Anfray de l''Echo républicain

PS : Lire aussi notre reportage sur la première session de juin 2015 « Une belle équipe à la recherche du Petit Marcel chez Tante Léonie« 

La collection de 100 brochettes de bonbons de Mary

La collection de 100 brochettes de bonbons de Mary

1er mars 9 heures, j’arrive à l’école et je découvre les institutrices avec leurs élèves qui sont là tout excités par la promesse de cette journée de fête de l’école. C’est le centième jour d’école et pour certains c’est un émerveillement car voilà tout juste cent jours, ils ne savaient pas lire et maintenant ils prennent conscience qu’ils peuvent lire à peu près tout ce qui est à leur portée. Ils ont des étoiles dans les yeux lorsqu’ils déchiffrent un mot nouveau et qu’ils en comprennent le sens.

Je sais que je vais passer une merveilleuse journée entourée de tous ces jeunes enfants qui ont entre six et huit ans. Le centième jour j’en entends parler depuis longtemps et, moi aussi, je suis impatiente de découvrir tout ce qui va se passer autour de cet évènement.

J’arrive dans les classes et là je mesure le travail fourni par les enseignantes pour transformer leurs deux classes en ateliers créatifs ainsi que la salle des maîtres en atelier cuisine.

Les enfants sont par groupes de six avec un savant dosage entre les trois niveaux (de CP à CE2), entre les filles et les garçons et entre les timides et les plus bavards. Ils se répartiront ainsi tout au long de la journée dans les divers ateliers qui dureront environ 45 minutes chacun.

Il y a :

– Sport avec une course d’orientation

– Arts visuels (fabrication d’une couronne avec des bandelettes chacune décorée avec une série de 10 représentations et le tout collé sur une bande horizontale)

– Arts visuels (dessins de figures géométriques avec des couleurs concentriques)

– Atelier cuisine (préparation des diverses gourmandises pour le goûter collectif)

– Atelier mathématiques

– Atelier production d’écrits

 

Je suis chargée, tout au long de cette journée, de l’atelier production d’écrits. Je suis heureuse car je sais que je vais me régaler à leur faire produire de la matière verbale pour en faire un écrit. Tout d’abord, je les invite à venir découvrir leur photo qui se trouve sur un bureau. Et là surprise ! Car c’est une photo un peu spéciale : ils se découvrent avec un visage vieilli ! Je leur annonce que c’est eux et qu’ils ont cent ans ! Leurs premières réactions se divisent en un tiers qui écarquillent de grands yeux et prennent un air sérieux et les deux tiers qui rient de bon cœur et se trouvent plus ou moins drôles ou plus ou moins beaux. Une fois revenus à leur place autour de la table, je vais les faire parler et noter toutes leurs réflexions sur cette étrange découverte d’eux-mêmes.

Je leur pose quelques questions afin qu’ils s’expriment, du type :

Vous avez cent ans !

  • Comment vous trouvez-vous sur la photo ?
  • Quels métiers aurez-vous fait au cours de votre vie ?
  • Comment seront les voitures ?
  • Aurez-vous lu beaucoup de livres ?
  • Est-ce qu’il y a des fusées ?
  • Avez-vous voyagé ?
  • Qu’allez-vous faire de votre photo ?

 

J’aime ma tête. Ah non je me trouve horrible. Moi, je ne veux pas être vieille parce que les enfants se moquent de moi. Je ne me trouve pas belle, je cache ma photo. J’ai plein de traits sur le front, je me trouve rigolote. Je ne veux pas avoir ce visage. Comme je me trouve beau ! C’est marrant de se voir à cent ans. Moi on dirait un chinois ! Les photos ne sont pas belles. On sera mémé un jour ? Je n’aime pas les fripures, les rayures et les bosses de mon visage. Elle me ressemble ma photo ! Ma photo je la trouve cool.

On fêtera toujours notre anniversaire ? Si on est vieille, on devient petite ? Si je mets ma photo près de ma tête c’est comme si mon papy était à côté de moi ! Cent jours ça passe vite, mais cent ans c’est très long ! Moi, si je vais à cinquante, j’irai à cent. Je ne veux pas ça donc je veux mourir. Ma photo ne me fait pas peur. Il manque le corps c’est dommage ! Je ne veux pas être mémé car je ne veux pas aller au ciel. Je ne veux pas être adulte parce que c’est moche et je n’ai pas envie d’être grosse ! On est vieux à cent ans ? Moi, à cent ans je serai mort. C’est long cent ans ! Moi, j’ai envie d’avoir cent ans un jour. Non, moi je ne veux pas être vieux.

Dis, t’as quel âge toi ? (65)

Tout ça ! Ce n’est pas cent mais c’est beaucoup !

A cent ans, on aura pris notre retraite. Ma grand-mère a cent un ans, elle est entraineuse de ………. ; judo, alors moi je serai entraineur de judo. J’aurai travaillé et j’aurai eu des enfants mais pas trop non plus car c’est casse pied ! J’aurai été policière pour arrêter les monstres ! J’aurai fait des dessins dans des livres. J’aurai travaillé pour avoir de l’argent. Moi, je serai bijoutière et j’aurai plein de bijoux. Je travaillerai dans un zoo pour bien m’occuper des animaux. Moi, à dix-huit ans je serai maître et après j’aurai travaillé chez Mac Do et après Docteur. Je serai pêcheur de gros poissons. Je vais faire super mamie, je serai déguisé en fille, il y aura des règles comme les règles de vie à l’école. Je serai fermière avec des vaches et des chevaux. Je ne serai pas à la retraite, je veux toujours travailler. Moi, j’aurai été cuisinier, c’est mon rêve ou boulanger avec mes petits-enfants. Peut-être que j’aurai encore mes cheveux longs et que j’aurai été coiffeuse !

Dis, toi tu fais quoi ? (Je suis à la retraite)

Mais avant ?

Ah bon on peut faire plusieurs choses, moi mon papa il fait toujours pareil !

 

Il y aura plein de voitures, des voitures anciennes, des chevaux et des carrioles, des voitures électriques. Ce sont les hommes et les femmes qui les conduisent sauf s’ils ont une canne. Il y a des voitures qui vont rouler toutes seules. Il y aura aussi des voitures sans chauffeur. Moi, je voyagerai en avion ou en voiture décapotable ou avec un robot qui roule. Je serai allé en Chine et au Japon avec un train. Moi, en Allemagne et je ferai des petites promenades. Moi, j’aurai voyagé en dormant. (Tu auras rêvé ?) Non c’est comme voyager en fermant les yeux. Moi, je vais aller en fusée sur la lune. Moi, je serai allé en Amérique. Et moi dans tous les pays en train sous-marin. Et moi, dans l’univers pour voir la terre en bas.

 

J’aurai lu beaucoup de livres en français. Et moi, dans toutes les langues. Moi, en italien et en espagnol. Moi, je n’aurai pas beaucoup de livres. Moi, je lirai des histoires aux enfants. Je n’aurai pas lu beaucoup de livres, je serai policier. Moi, je saurai encore lire mais avec une loupe.

Ma photo, je veux la déchirer et la mettre à la benne. Je vais mettre ma photo dans mon déguisement. Moi, je vais la mettre sur la porte de ma chambre et comme ça mes parents vont avoir peur. Je vais la garder ma photo. Moi, non car je ne suis pas joli. Je vais garder ma photo et l’accrocher à mon mur, je vais la regarder chaque jour, et quand je serai mémé ce sera un souvenir ! Moi, non car je ne suis pas belle. Moi, je vais la retoucher avec du tippex pour cacher mes traits aux yeux. Je ne montrerai jamais ma photo à maman parce qu’elle trouve que je suis pas belle sur les photos.

 

Je ressemble à une sorcière avec mon menton. Moi, je n’irai plus à la piscine, je ne saurai plus nager. Je ne veux pas être vieux car on n’a pas beaucoup d’argent. Je veux être vivante mais pas vieille. Moi, je me trouve mémé et sotte. Je ne veux pas avoir cent ans. Je ferai encore du cheval ? On sera un fantôme ? Mon cousin, il a sept ans et moi huit alors, je vais mourir avant lui. Moi, je ne suis pas pressé d’être vieux ! Moi, j’aurai beaucoup ri ! Et moi, je ne serai bien amusé !

 

Chaque enfant avait préparé à la maison et apporté le matin, une collection autour de cent objets. En fin de journée ils l’ont présentée individuellement à l’ensemble de leurs camarades et aux adultes présents. Tout un échantillon de créativités et d’imaginations sont représentées au travers de leurs productions. La journée s’est terminée par un très beau et bon goûter, préparé par les enfants, et chacun est reparti chez soi avec plein de belles images et d’émotions vécues au cours de cette journée historique. Le soir, chez moi, j’imaginai toutes ces petites voix racontant cette belle journée à la maison !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ma jardinière de bonbons pour remercier les enfants

Ma jardinière de bonbons pour remercier les enfants

Quant à moi, je suis rentrée avec la tête pleine de toutes leurs réflexions, de  ces beaux moments de partage avec tous ces enfants. C’est une grande richesse que d’avoir la possibilité de les écouter, de les entendre et surtout d’entendre ce qu’ils ont à nous dire. Prenons-nous suffisamment de temps pour eux ? Moi, ce jour-là je me suis régalée et il est rare d’avoir des échanges intergénérationnels aussi sincères, vrais et sans tabous. C’est une grande leçon que m’ont donnée tous ces enfants.

 

Merci à eux et aux enseignantes qui m’ont fait confiance, en m’attribuant cet atelier. J’ai reçu un très beau cadeau de leur part à tous.

MARY

 

PS : pendant les semaines qui précédaient les 100 jours, Arthur s’est appliqué à préparer sa collection surprise, en coloriant les grandes zones linguistiques du monde, en écrivant et prononçant le 100 en chinois, en japonais, en anglais, en espagnol … et même en russe !

 

AFFICHE_20MAUPASSANT_20CLAIREFONTAINE0Ce samedi après-midi, la Médiathèque de Combray nous a convié au spectacle « Histoires extraordinaires » de Maupassant, par Patrice Dehent de la Compagnie Le Vagabond des Etoiles.

 

Avec un beau talent il a incarné plusieurs personnages terribles ou truculents de ces nouvelles de Maupassant qui sait si bien croquer les caractères normands de son siècle.

Parmi celles-ci :

 

LA PEUR
C’était l’hiver dernier, dans une forêt du nord-est de la France. La nuit vint deux heures
plus tôt, tant le ciel était sombre. J’avais pour guide un paysan qui marchait à mon côté, par
un tout petit chemin, sous une voûte de sapins dont le vent déchaîné tirait des hurlements.
SUITE

MADEMOISELLE COCOTTE
...Nous allions sortir de l’Asile quand j’aperçus dans un coin de la cour un grand homme maigre qui faisait obstinément le simulacre d’appeler un chien imaginaire. Il criait, d’une voix douce, d’une voix tendre : « Cocotte, ma petite Cocotte, viens ici, Cocotte, viens ici, ma belle » en tapant sur sa cuisse comme on fait pour attirer les bêtes. ..
SUITE

 

EN MER
….Javel aîné était alors patron d’un chalutier.
Le chalutier est le bateau de pêche par excellence. Solide à ne craindre aucun temps, le ventre rond, roulé sans cesse par les lames comme un bouchon, toujours dehors, toujours fouetté par les vents durs et salés de la Manche, il travaille la mer, infatigable, la voile gonflée, traînant par le flanc un grand filet qui racle le fond de l’Océan, et détache et cueille toutes les bêtes endormies dans les roches, les poissons plats collés au sable, les crabes lourds aux pattes crochues, les homards aux moustaches pointues
SUITE

 

LE DIABLE
Le paysan restait debout en face du médecin, devant le lit de la mourante. La vieille, calme, résignée, lucide, regardait les deux hommes et les
écoutait causer. Elle allait mourir ; elle ne se révoltait pas, son temps était fini, elle avait quatre-vingt-douze ans….
SUITE

 

NUIT DE NOEL
.. « Le Réveillon ! le Réveillon ! Ah ! mais non, je ne réveillonnerai pas ! »
Le gros Henri Templier disait cela d’une voix furieuse, comme si on lui eût proposé une infamie.
Les autres, riant, s’écrièrent : « Pourquoi te mets-tu en colère ? »
Il répondit : « Parce que le réveillon m’a joué le plus sale tour du monde, et que j’ai gardé une insurmontable horreur pour cette nuit stupide de gaieté imbécile.
– Quoi donc ?
– Quoi ? Vous voulez le savoir ? Eh bien, écoutez :…
SUITE

 

LA FARCE
J’avais quinze ans, et je venais passer chaque vacance chez mes parents, toujours dans un château, toujours en Picardie.
Nous avions souvent en visite une vieille dame d’Amiens, insupportable, prêcheuse, hargneuse, grondeuse, mauvaise et vindicative. Elle m’avait pris en haine, je ne sais pourquoi, et elle ne cessait de rapporter contre moi, tournant en mal mes moindres paroles et mes moindres actions. Oh ! la vieille chipie ! ..
SUITE

 

Un grand merci à Patrice Dehent pour sa belle prestation, et à l’équipe de la Médiathèque de Combray pour son accueil toujours aussi chaleureux !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

11742709_992912160760731_5315702084756343663_nMédiathèque de Combray
6 avenue des Gloriettes
28120 Illiers-Combray
02 37 24 17 85
Page Facebook

 

 

vagabond des etoiles« LE VAGABOND DES ETOILES »
Patrice Dehent
26 rue Muret 28000 CHARTRES
Tél. 02 37 30 83 23 / 06 86 97 90 42
www.levagabonddesetoiles.com
e.mail : patricedehent@gmail.com

jehannes2016

#JESUISPARIS

la france na pas peur« Je n’ai pas peur. J’ai seulement le vertige. Il me faut réduire la distance entre l’ennemi et moi. L’affronter horizontalement. »

René Char, poète résistant.

Abonnez-vous au tableau #JESUISPARIS 13 novembre 2015 de Françoise sur Pinterest.//assets.pinterest.com/js/pinit.js

IMG_5076Une vingtaine de personnes de la résidence senior Domitys de Chartres où réside notre cher Jean Trubert, sont venues nous écouter la lecture de Moissons inachevées cet après-midi.

Après une présentation de la genèse du projet d’écriture qui a présidé à la création de Média’Plumes et à l’écriture collective de « Moissons inachevées« , Françoise a présenté le village de Thiron-Gardais et résumé l’histoire de son abbaye.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après la lecture, un dialogue s’est ouvert avec le public intéressé par le récit, la démarche d’écriture collective…. et Thiron-Gardais.

Qui devrait se poursuivre avec une visite collective au printemps prochain ?